C’est juste un film

Industrie cinématographique

Ironie de la vie

Nous vivons dans un corps. Nous vivons plein d’histoires tout le long de notre vie. Sans oublier que si nous sommes venus de façon continue et multiple, nous avons vécu un nombre indescriptible d’histoires.

Alors imaginez

Vous, le tout, l’éternel, le non né, vivez des histoires tous les jours…
Bienvenu dans la télé réalité

Vous vivez des aventures, des drames, des passions, des dépressions, des extases, des chutes libres, des avortements, des naissances, des apothéoses, des défaites,
Tout cela et encore plus…

Ce film dans lequel vous êtes, ne vous appartient pas. Il n’est que le reflet du Soi. Il n’est que la projection de la conscience pure qui est votre réel Être.

Dans ce cas, les films reproduisant le même état de rêve dans lequel vous vous êtes projetés, imaginés ou même emprisonnés, n’est en fait qu’une mise en abime d’une fausse identité.

Plus nous regardons les films, la télé,… Plus nous entretenons notre mental à croire à ce monde imaginé. Plus nous projetons vers cet extérieur plus nous entretenons notre corps/mental à croire à une existence propre donc réel.

Le mental étant habitué à chercher à l’extérieur des informations afin de se rassurer et de se créer une existence réelle, il est normal pour lui d’aimer et de rechercher tous les plaisirs extérieurs. C’est une évidence qu’il va également réfuter en bloc sa non existence. Le mental ne nait que de l’affirmation du « je ». Qui lui ne nait qu’à partir de la naissance d’un corps.

Résumons nous:
La naissance d’un corps capture l’essence. Ce que vous êtes, avez été et serez à jamais. De là, apparaît la naissance du je. Et puis se crée le mental par la superposition des images, des sensations,… Corporelles et égotiques. Il est normal que le corps/mental ne recherche que l’agréable et refuse le désagréable. Il n’existe pas par lui-même. Il n’est que momentané. L’éphémère à besoin de s’accrocher. Il a peur de la mort, peur du changement, peur de tout ce qui pourrait venir le faire disparaître ou même venir le remettre en question. Au lieu de chercher vers l’intérieur ce qui le détruirait de facto, il va toujours aller chercher au dehors en courant désespérément vers une porte de sortie bien heureuse justifiant ainsi sa propre existence qui est un leurre.

Tout découle de cette capture du corps qui est une projection de la conscience pure. Dieu créa le monde et toutes les créatures. Phrase simple, triviale. Une autre : Au commencement fût le verbe. Ainsi la vibration crée la matière, la forme. Toute chose manifestée découle d’un mouvement. Le mouvement crée la forme. Tout, absolument tout ce qui est palpable a une vibration, une fréquence, découle d’un mouvement. Tout mouvement crée une onde et ainsi crée une forme.

Le mouvement d’où provient-il ?
Pourquoi y a-t-il mouvement plutôt que non mouvement ?
Découlerait-il d’une certaine nécessité ?
Ou est-ce juste une propulsion naturelle qui ne se justifie pas mais qui est de la nature même de notre essence ?

Prajnapad dit que tout ce qui vient, repart. Que l’essence même de la nature consiste à être toujours en équilibre. Et que donc si quelque chose vient à apparaître, il va de toute façon partir. Si ça vient, ça doit forcément repartir. Ou encore si quelque chose apparaît, c’est pour disparaitre.

Les questions, quand nous ne sommes pas éveillés, sont innombrables.
Cependant une fois éveillés elles disparaissent toutes. Car elles n’émanent que du mental.

Alors les films ?
Une histoire sans fin!

Bruxelles, le 23 septembre 2014
Xanthippe Lazaridis


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s